180 PÊCHEURS ARRÊTÉS EN MAURITANIE – Nouackchott et Dakar trouvent solution aux licences de pêche

Les licences de pêche entre le Séné- gal et la Mauritanie ont trouvé une solution provisoire consistant à octroyer des laissez-passer aux pê- cheurs sénégalais désireux de mener des activités en Mauritanie.

Les autorités mauritaniennes qui se sont fondées sur l’expiration des accords de pêche avec le Sénégal pour interdire l’accès dans leurs eaux des pêcheurs sénégalais ont assoupli leur position en acceptant de d’accorder des laissez-passer à ces derniers. Ainsi a décidé Nouakchott pour permettre aux pêcheurs sénégalais de reprendre leurs activités. La nouvelle qui a été accueillie avec le sourire par les pêcheurs du Sénégal a été confirmée par le président de l’association «Quai de pêche», Mouhamadou Makhtar Sarr. Ce dernier qui a confirmé la solution des laissez-passer provisoires, a ajouté que le recensement des pirogues concernées a commencé. Avec cet assouplissement de la position de la Mauritanie, les pirogues qui étaient aux arrêts vont devoir reprendre la mer. Pour rappel, à la suite de l’expiration des accords sur les licences de pêches entre les deux pays, la Mauritanie a usé de son droit de bloquer les piroguiers sénégalais présents sur son sol. En Mauritanie où l’Am- bassadeur du Sénégal s’est in- vesti pour la solution aux li- cences de pêche, plus de 180 pêcheurs sénégalais ont été ar- rêtés à Nouakchott et à Noua- dhibou pour pratique illégale de la pêche. Au-delà de la solution en question, le ministre sé- négalais desAffaires étrangères, Mankeur Ndiaye, a décidé de se rendre à Nouakchott pour demander la libération des pê- cheurssénégalais, dont une quarantaine a été reconduite à la frontière et les autres détenus en Mauritanie. Mankeur Ndiaye devra aussi évoquer la question des licences de pêche artisanale suspendues entre le Sénégal et la Mauritanie. La situation aux frontières maritimes entre les deux pays, les couacs au Bac de Rosso avec le traitement ré- servé de part et d’autre des deux rives ainsi que la sortie dans la presse d’un journaliste qui a appelé à la lutte armée en Mauritanie vont être au centre du voyage du ministre Ndiaye en Mauritanie. Le président Aziz et son ministre des Affaires étrangères ont quitté leur pays ce week-end pour Bamako où se tient une conférence du G5 Sahel sur la situation sécuritaire au nord Mali et ses impacts dans les pays voisins