Billet du jour : Vent de rébellion

Un vent de rébellion est en train de souffler au Parti démocratique sénégalais (Pds) où la nouvelle restructuration du parti engagée par la « constante » Wade qui a mis en selle les proches de son fils n’a pas été du goût des « variables » qui entendent le désavouer. Seulement aujourd’hui, ces variables ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes, étant donné qu’ils n’ont jamais levé le plus petit doigt pour contester les décisions du Vieux.

D’ailleurs, ce sont eux qui ont entériné sans broncher la candidature de Wade fils, tout en sachant que Karim, qui était empêtré dans des déboires judiciaires, ne pouvait pas prendre part à la compétition électorale.

D’ailleurs, ils ne pouvaient pas ignorer le fait que la seule et unique préoccupation de Wade, c’était de faire la part belle à son fils, et il ne s’en est jamais caché. Ce que les « variables » ont toujours accepté ; l’essentiel pour eux étant de profiter des largesses du Vieux. Maintenant que la « constante » veut léguer son bien à son fils, les « variables » ont le choix entre se soumettre ou se démettre, du moment que la « constante » ne compte pas varier d’un iota dans sa volonté d’introniser son fils.