Débat autour de HGS, ethnicisme…: Ne brûlez pas ce pays !

Le Sénégal est connu pour sa stabilité légendaire. Et, cela a bien commencé bien avant les indépendances. Dans sa marche pour son accession à la souveraineté internationale, autrement dit, se libérer du joug colonial, ils ont été nombreux à se donner les moyens de lutte. Qu’on le veuille ou non, bien avant les « intellectuels » (ceux qui ont fait l’école occidentale », ce sont pour la plupart, des chefs religieux qui ont entamé la guerre de libération. Soit par les armes, soit par une politique de conscientisation des masses. A ce propos, personne ne peut donc renier l’histoire car, autant Cheikh Oumar Foutiyou Tall, Cheikh Ahmadou Bamba, Seydi El Hadji Malick Sy et tous les autres, ont apporté leurs contributions patriotiques à l’oeuvre de construction d’une nation de paix, de tolérance, de générosité, de partage, de cousinage, de respect, de spiritualité, d’humilité. Donc, ce n’est pas pour rien que le Sénégal, par rapport à plusieurs pays en Afrique, échappe et continue d’échapper à toutes les formes de tension « assassine ». C’est dire que le centralisme religieux a toujours été une réalité dans la vie de l’Etat sous l’administration coloniale, mais aussi après les indépendances. Ce que les politiques comme Senghor et autres ont bien compris, en travaillant pour la pérennisation d’un tel héritage.

Nos religieux, maître dans l’art du respect mutuel, ont tissé (entre eux) des relations qu’aucune personne ne peut remettre en cause. Nos ethnies, se mêlent et s’entre-mêlent, nos dialectes se confondent, nos villages se lancent des œillades. Tout ceci, pour démontrer que nous sommes une Nation de forte pensée où la belle idée depuis l’invention du bonheur n’est autre que la tolérance. Seulement, dans ce pays, certains esprits (malintentionnés ?) ou qui semblent ne rien comprendre dans la marche de l’histoire du Sénégal, versent dans un fanatisme ambiant, déconstructif sans jamais essayer de construire avec une pensée de la raison. Ils semblent même prendre au sérieux leur propre étroitesse d’esprit et se meuvent dans un système de pensée dichotomique où le vrai se confond avec le faux. La meilleure illustration réside dans l’idée (pertinente) de la réécriture de l’histoire générale du Sénégal. De ce point de vue, il est clair et évident que faire l’hagiographie de tel ou de tel autre saint, demeure un exercice périlleux au Sénégal. Et, nous semblons remettre en cause le  »innamal mu’minuna ikhwatun » (tout les musulmans sont des frères). Dans la même lancée, le débat ethnique, régionaliste sent mauvais dans ce pays. Tout ceci, pour appeler certains sénégalais à se ressaisir et revenir aux véritables fondamentaux qui ont fait ce pays. Revisitons les écrits des uns et des autres. Cheikh Anta Diop et Cie ainsi que des saints. (Il y a Yoro Boly Diaw et Abbé Boilat)

Puisqu’en fin de compte, l’on sent un triomphe de la passion et une éclipse de la raison. Attention de ne pas tomber dans les travers d’un fanatisme de jouissance extrême. L’expérimentation faite par certains pays à côté du Sénégal a été tout simplement destructrice. Donc, évitons de faire partie de ceux qui sont capables de prendre au sérieux leur propre étroitesse d’esprit

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here