Rue Tolbiac : La terreur des commerçants de Dakar et de sa banlieue arrêtée par la Sûreté urbaine

Le sieur A. Ndiaye est dans de sales draps. Ce redoutable gangster est un spécialisé dans le vol à l’arrachée. Il a été arrêté dans la nuit du 2 au 3 mai dernier vers les coups de 5 heures du matin. Il est tombé à la rue Tolbiac, en plein centre-ville, au moment où il tentait de cambrioler un magasin. Son forfait a été déjoué par le préposé à la sécurité des lieux. Le gus qui était en mauvaise posture a aussitôt dégainé son revolver. Dans la foulée, il a tiré  plusieurs coups en direction du gardien, sans l’atteindre. Ayant épuisé ses munitions, le bandit a voulu prendre ses jambes à son cou. Mais, c’était sans compter avec la détermination et la bravoure du vigile en question. Celui-ci, a dû mettre sa vie en jeu. Et ce, afin de lui mettre la main dessus. Le nommé A. Ndiaye une fois maîtrisé, a été conduit, avec l’aide d’un policier qui se rendait au boulot, au commissariat central de Dakar. Soumis au feu roulant des enquêteurs, A. Ndiaye est vite passé à table. Il a reconnu sans ambages, les faits qui lui sont reprochés. A l’en croire, il a eu à cambrioler des magasins et des boutiques, dans plusieurs quartiers de Dakar et de sa banlieue. Très coopératif, il a même jeté en pâture ses acolytes. Sans désemparer, les hommes du Commissaire Dramé, le patron de la Sûreté urbaine, sont entrés en action. En compagnie du mis en cause, ils ont effectué des descentes inopinées notamment à la « Cité Imbécile » et aux HLM montage. Cette opération a été fructueuse. Elle a permis d’interpeller quelques acolytes du sieur A. Ndiaye. Il s’agit des nommes Y. Sidibé, W. Ndiaye et K. Diakhaby. Poursuivant leurs investigations, les limiers de la Sûreté urbaine ont également intercepté pour des faits de recel, les sieurs C. Faye et  M. Faye. Les autres membres de la bande à A. Ndiaye dont son jeune frère  F. Ndiaye, ont réussi à se soustraire à l’action de la police. Ils sont activement recherchés. Idem pour un certain M. C. Fall, chauffeur de taxi. Le rôle de ce dernier qui nichait à la « Cité Bissap » était de faciliter le transport à ces bandits à charge pour eux de se partager le butin. A l’annonce de l’arrestation de cette bande d’agresseurs qui écumait les quartiers des HLM, Castor, Derklé, Rebeuss, Dieuppeul, Maristes, Nord-Foire, Parcelles-Assainies, Guédiawaye, Yeumbeul, Sicap, Yarakh et Bel Air, une cascade de plainte a été déposé sur la table du Commissaire Dramé. Les victimes qui sont quasiment tous des commerçants, ont perdu, lors de ces cambriolages, des numéraires et des marchandises estimées provisoirement à plusieurs dizaines de millions de Fcfa.  Pour les besoins de la procédure, le revolver du chef de gang, une grosse cisaille, dix motos scooters toutes dépourvues de papiers et un taxi de marque Toyota, ont été saisis et confisqués. La police ayant rassemblé assez d’indices graves et concordants de nature à motiver leur inculpation, a  écroués les mis en cause qui sont pour la plupart d’entre eux, des repris de justice. Au terme de leur délai légal de garde-à-vue, ils ont été déféré hier au parquet du Procureur. Ils sont poursuivis entre autres pour les faits d’association de malfaiteurs, vols multiples commis en réunion la nuit avec effraction, usage d’arme à feu, de moyens roulants, tentative de meurtre, blanchiment et recel.
Siaka NDONG