Affaire Khalifa Sall : Les confessions de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine

Le porte-parole du Khalife général des Tidianes, Serigne Abdoul Aziz Sy a fait des confidences sur l’affaire Khalifa Sall. Al Amine qui recevait hier, le chef d’entreprise Babacar Fall venu le solliciter pour des prières pour soutenir Macky Sall, a profité de l’occasion pour éclairer la position de Tivaouane dans cette affaire.

«Avant-hier, j’ai téléphoné le chef de l’Etat pour lui demander d’accorder son pardon à Khalifa Sall. Khalifa est des nôtre. J’ai dit à Macky Sall de le libérer, rien que pour le nom de Khalifa qu’il porte. Khalifa Sall est l’homonyme de mon père Babacar Sy», a confié le guide religieux.

Parlant de la supposée colère de Tivaouane contre Khalifa Sall et Macky Sall, il soutient qu’il n’en est rien. «J’ai demandé un service au Président de la République, je ne peux donc être en colère contre lui», a-t-il indiqué. Non sans ajouter : «Je ne peux pas être en colère contre qui que ce soit. J’ai dépassé ce cap-là. C’est naturel que j’intercède en faveur de Khalifa Sall qui a épousé la fille de mon frère, Serigne Habib Sy. Khalifa Sall est donc de la famille Sy, même s’il a divorcé d’avec notre fille avec qui, il a eu des enfants

Dans la foulée, il a sermonné les deux personnalités. A Khalifa Sall, Al Amine dira qu’il a commis des erreurs dans sa communication. «Je l’avais instruit de ne pas faire de conférence de presse. Mais Khalifa Sall a trop vite parlé. Ses collaborateurs l’ont poussé à faire une sortie. Aujourd’hui, il est empêtré dans ses déclarations. Parce que ceux qui l’encourageaient à parler sont dehors et lui, il est dans les liens de la détention», a-t-il dit.

A propos de Macky Sall, il soutient qu’il est inaccessible. «J’ai dit au chef de l’Etat que son problème, c’est qu’il est difficile à voir. Certes, il a des services de renseignements qui l’informent, mais de notre côté, nous avons souvent des informations que nous voulons partager avec lui. Mais, il est inaccessible. Il doit être plus ouvert et équilibré pour recevoir et écouter les populations. Il doit faire cet effort, même s’il faut constater qu’il ne peut rencontrer tout le monde», a-t-il dit.

Actunet.sn