AÏSSATA TALL SALL «KHALIFA SALL EST VICTIME D’UNE CABALE»

Les conseils du maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, sous mandat de dépôt dans l’affaire de la «Caisse d’avance» de sa mairie, envisagent de saisir le Doyen des juges pour, non seulement, lever la mesure de restriction des visites de leur client, mais aussi pour demander une liberté provisoire. Mieux, Me Aïssata Tall Sall, après la visite faite à Khalifa Sall hier, lundi 13 mars, annonce la saisine éventuelle de la Chambre d’accusation, tout comme la Cour de la Cedeao, pour lever la détention de Khalifa Sall, «victime d’une cabale», à son avis.

Le pôle d’avocats du maire socialiste de la ville de Dakar, Khalifa Sall, ne comptent pas lésiner sur les moyens pour sortir de prison leur client, sous les liens de la détention dans l’affaire de la “Caisse d’avance“ de sa mairie. En effet, venue s’enquérir hier, lundi 13 mars, des conditions de détention de son client, ainsi que des contours du dossier qui lui a valu un mandat de dépôt, Me Aïssata Tall, une des conseils de l’édile de Dakar, a annoncé une série d’actions à mettre en branle pour extirper Khalifa Sall de Rebeuss. Tout d’abord, l’avocate révèle que seules 20 personnes, sympathisants et membres de la famille confondus, sont autorisées à voir Khalifa Sall, une fois par semaine. Une mesure jugée «intolérable» que la robe noire compte lever. Pour ce faire, elle informe qu’elle va rencontrer le Doyen des juges.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, les avocats de Khalifa Sall envisagent de demander une liberté provisoire. Et pour cela, la maire socialiste de Podor expose deux possibilités. La première voie, selon elle, a été écartée d’emblée par le mis en cause, notamment celle de la consignation du montant pour lequel il est poursuivi (1,800 milliards), car estimant que «cela s’apparenterait à un aveu». La deuxième alternative reste alors la contestation sérieuse des faits, dans la mesure où «nous avons des contestations sérieuses par rapport à ces faits». A cet effet, poursuit-elle, «nous allons déposer un mémoire auprès du doyen des juges, éventuellement saisir la Chambre d’accusation». En plus de cela, Aïssata Tall Sall informe, qu’éventuellement, la défense va saisir la Cour de la Cedeao, pour lever la détention du maire de Dakar. Pour couronner le tout, surtout sur le plan communicationnel, Aïssata Tall Sall et compagnie n’écartent pas l’idée de tenir, très rapidement, un point de presse sur les tenants et les aboutissants de cette affaire.

«KHALIFA SALL EST VICTIME D’UNE CABALE»

La robe noire, non moins député-maire a, par ailleurs, dégagé en touche les charges relatives au détournement, recel et escroquerie portant sur des deniers publics, et également d’association de malfaiteurs qui pèsent sur son client. Elle a indiqué, en effet, que «Khalifa Sall que j’ai rencontré m’a expliqué et m’a convaincu qu’il est victime d’une cabale». Pour elle, cette affaire a été montée de toutes pièces pour «salir» son client, et pour «chercher à atteindre sa moralité». Pis, estime-t-elle, «on cherche surtout, en tant qu’homme politique, à l’achever». Ce qui semble être perdu d’avance dans la mesure où, «je peux vous dire que j’ai rencontré un homme courageux, déterminé», renseigne-t-elle. Estimant, en outre, qu’il y a «trop de violence exercée» contre le premier magistrat de la ville de Dakar, Me Tall Sall promet, de concert avec ses confrères, de «démontrer que Khalifa Sall n’a rien fait et qu’il ne mérite pas d’être en détention».