Barth’ surveillé

Barthélémy Dias peut dire adieu à son ambition de briguer un second mandat pour la prochaine législature. Condamné à 2 ans de prison dont 6 mois ferme, peine qu’il a déjà purgée, il n’en demeure pas moins qu’il ne pourra pas rempiler lors de la 13ème législature. Selon un pénaliste, il devra rester au moins 5 ans avant de pouvoir briguer des suffrages. Un verdict qui ne satisfait pas Dias père et Dias fils qui ont versé dans une colère noire. Seulement, le fait d’éliminer Dias fils dans cette compétition ne l’empêchera pas de flinguer le régime comme à son habitude. Comme une bête blessée, il usera de tous les moyens pour donner du fil à retordre au pouvoir. En tout cas, Dias fils devra faire très attention à lui et regarder là où il met les pieds, car il a une épée de Damoclès qui suspendu sur sa tête. Étant en sursis, il doit savoir que rien ne lui sera pardonné, et s’il s’avise à foncer tête baissée sur le pouvoir et la Justice comme il le fait ces temps ci, cela risque de lui être fatal.En lieu et place de la virulence et de «l’insolence» il devra faire preuve de prudence et d’intelligence. Étant entendu que la Justice et l’État ne manquent jamais de ressources pour neutraliser un empêcheur de tourner en rond, Dias fils gagnerait à jouer un Dias moins endiablé.