BARTHÉLÉMY DIAS «C’est un tissu de contre-vérités»

«J e suis animé par la honte ; je suis meurtri de voir que dans le Sénégal qui m’a vu naitre et grandir, on cherche à intimider, à dénigrer, à blesser d’honnêtes citoyens en particulier des leaders et des responsables politiques. Dans le seul but de les empêcher de participer à des échéances électorales. Et tous ces dossiers qui nous concernent, nous, socialistes, s’appuient sur un vaste complot politique et cela est à dénoncer. Je vais communiquer ce mardi parce qu’il faut que les Séné- galais comprennent qu’on ne vit pas dans une dictature, que le Procureur de la République n’est pas au-dessus des lois. Parce qu’il n’a malheureusement pas parlé de toutes les fuites qui ont été organisées à partir de son bureau avec la complicité de certains organes de presse. Le Procureur de la République n’a pas dit aux Séné- galais comment il a confondu ‘’nervis’’ et ‘’visiteurs’’. Je vais dénoncer la méchanceté, la lâcheté, ces contrevaleurs qui motivent cette démarche consistant à blesser un élu du peuple, un digne fils de la Médina, Bamba Fall, en prison sur la base d’un vaste complot politique. Aujourd’hui, il est accusé, condamné, dénigré et il ne peut même pas prendre un micro pour répondre. Je répondrai ce mardi à sa place et je verrai. Je termine par le cas de Khalifa Sall. Il est le maire de Dakar ; la mairie a des conseils juridiques pour apporter certains éclaircissements juridiques. Mais il est de mon devoir en tant qu’élu dakarois et leader d’opinion, d’apporter ma part de vérité face à ce tissu de contre-vérités qui a été servi au peuple sénégalais».