Bennoo Bokk Yaakaar: Les signaux d’un éclatement

Aujourd’hui et sur la route menant aux élections législatives de 2017, il est clair que l’on assistera à l’éclatement de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar. Et pour cause, à en croire le groupe dénommé ‘’Bennoo uni’’, «après avoir occupé l’essentiel des postes de responsabilité au sommet de l’Etat et de toutes les institutions de la république, les mêmes partis et leurs ouailles veulent trôner à la tête des différentes instances de Bennoo Bokk Yaakaar.»

«Pour garantir sa propre survie, toute organisation digne de ce nom a besoin au minimum, d’un mode d’animation fondé sur des règles de fonctionnement acceptées et validées par tous, mais également respectueuses de la dignité des uns et des autres», ont fait savoir le groupe dénommé ‘’Bennoo uni’’. A ce titre, renseigne Magatte Ngom et ses camarades, «étant dans un pays reconnu comme modèle de démocratie, une structure telle que BBY devrait fonctionner à l’image de notre système politique, d’autant plus qu’elle est par essence l’émanation du pouvoir en place, qu’elle incarne.»

Cependant, font-ils savoir, «tenant compte de la manière peu orthodoxe dont les structures de la coalition sont mises en place, notamment le bureau de la commission des cadres, il y a lieu de s’inquiéter sur l’avenir de cette entité, dont le rôle aurait dû être (naturellement) de fédérer  toutes  les composantes de la mouvance présidentielle. Mais force est de constater que dans les faits, nous sommes aux antipodes de cette démarche.»

En effet, rappellent-ils, «lors de la récente AG constitutive de cette instance des cadres de BBY, le représentant du PS (parti socialiste) a été déclaré d’office coordonnateur, sans vote ni consensus.» Mieux, soulignent les membres de ‘’Bennoo uni’’, «dans cette même logique macabre, le même scénario s’est répété ce vendredi, par le sacre du représentant de l’AFP à la tête de la commission des jeunes, choix  jusque-là  porté sous le cap  par le ‘’Bennoo des Cinq’’.»

A les en croire, «après avoir occupé l’essentiel des postes de responsabilité au sommet de l’Etat et de toutes les institutions de la république, les mêmes partis et leurs ouailles veulent trôner à la tête des différentes instances de BBY.» Pour eux, «de telles attitudes et dispositions d’esprits démontrent si besoin en était, l’absence de démocratie au sein de BBY, et pire, le manque total de respect et de considération du SEP à  l’égard des autres partis et composantes de la coalition.»

Une occasion pour s’interroger en ces termes : «Aurions-nous déjà oublié que ce sont ces pratiques d’outre temps, qui sont à l’origine des frustrations qui ont donné naissance à Taxawu Dakar et Alliance 2014 ?»

Aussi,  dénoncent-ils  vigoureusement  ces dérives autoritaires mais aussi attirons l’attention des autres membres de la conférence des leaders de BBY,  sur le caractère manifeste de diversion de ces actes posés dans un contexte où  de surcroit, le ‘’Bennoo des Cinq’’ est en train de discuter en catimini des listes à proposer aux prochaines législatives.» Pour ne pas être à nouveau mis devant le fait accompli, ils entendent s’organiser pour jouer leur propre partition aux prochaines élections législatives.

Abdoulaye Mbow (actunet.sn)