Casamance: Le MFDC se prononce en faveur d'un accord de paix "définitif et inclusif" (Communiqué)

règlement de la crise en Casamance doit passer par « la préparation du processus de négociations avec le gouvernement« , l’unification du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et la signature d’un « accord de paix définitif et inclusif« , estiment des responsables et combattants du mouvement rebelle.

Dans un communiqué conjoint signé par les combattants du MFDC du camp de Diakaye, les populations de la zone des Palmiers et le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC), il est écrit que « le règlement de la crise en Casamance passe d’abord par l’unification des différentes bases du MFDC, la préparation du processus de négociations avec le gouvernement et la signature d’un accord de paix définitif et inclusif« .

Selon ce communiqué, les combattants concernés ont réaffirmé leur volonté de mener « des réflexions sur l’avenir de la Casamance dans une ouverture d’esprit, dans la confiance et dans le respect mutuel pour un règlement définitif du conflit » de près de 40 ans ».

Ils ont fait part de cette position au cours d’une rencontre à Mongone (Bignona), base principale des combattants du MFDC du camp de Diakaye, en présence notamment du responsable du GRPC, Robert Sagna, des imams et de nombreuses populations des villages de la zone des palmiers.

Les combattants du MFDC ont assuré de leurs « intentions constructives et lancé un appel à Robert Sagna, président du GRPC pour une implication plus marquée dans l’accomplissement de ces dynamiques (…)« , peut-on lire dans ce communiqué.