DESTRUCTION DU MUR DU BASSIN DE RÉTENTION DE MEDINA GAZON

– L’entreprise Chinoise Hunan Chine porte plainte contre X

Des actes de vandalisme d’une autre époque ont été notés au bassin de ré- tention de Médina Gazon dans la commune deYeumbeul Nord. Le mur de clôture, dont les travaux sont en cours, a été saboté par des individus non encore identifiés. Cela s’est passé dans la nuit du lundi au mardi dernier. L’entreprise chinoise, Henan Chine qui a en charge lestravaux, a porté plainte contre X. « L’Agence de développement municipale (Adm) travaille à lutter contre les inondations. Comme nous l’avons fait dans d’autres communes noussommes en train de construire un bassin de ré- tention à Médina Gazon pour soulager les populations contre les inondations. (…) Mais des populations sont venues nous demander la construction d’un pont ou d’une passerelle pour éviter de faire le tour du bassin. Techniquement nous leur avons dit que ce n’est pas faisable car cela réduirait la capacité de stockage du bassin. Financièrement aussi nous n’avons pas l’argent. Par la suite, le mardi lorsque les ouvriers sont venus, ils ont constaté que le mur a été détruit. Par qui ? Nous ne savons pas. Mais nous avons demandé à l’entreprise de le faire constater par huissier et de porter plainte contre X » explique Bachir Fofana. Le chargé de communication de l’Adm qui dénonce cet acte. « Rien n’empêche les populations de faire le tour du bassin pour se rendre de l’autre côté.Aujourd’hui, nous estimons que ce sont les populations qui doivent protéger les ouvrages que l’Etat réalise pour lutter contre les inondations. Cet ouvrage, il y a des populations qui en ont besoin mais elles ne l’ont pas. C’est regrettable que des gensse comportent de cette façon » déplore M. Fofana. Lestravaux du bassin de rétention de Médina Gazon entrent dans le cadre de la Tranche 1 de la phase 2 du Progep. Le bassin a une capacité de 115 000 M3. Un canal de 2,5 km a été réalisé. Les alentours du bassin seront pavés. Des aires de jeu et des parcours sportifs seront réalisés pour « humaniser » le bassin de rétention.