DRAME À MBACKÉ – La gendarmerie s’oppose à l’inhumation d’un talibé battu à mort

Encore un cas de talibé battu à mort qui a défrayé la chronique tout le weekend à Touba et Mbacké. Il s’agit d’un jeune talibé, âgé de 10 ans environs qui a été torturé, après l’avoir attaché, battu et privé de nourriture durant des jours. Ne pouvant plus, en effet, supporté l’atrocité des sé- vices, il décède.

La tragédie s’est produite, samedi, un peu avant midi, dans un Dara sis à Darou Salam, notamment à «Senthiane ya», quartier situé à la périphé- rie-est de Mbacké.Aprèsla mort du jeune talibé, les auteurs du crime se sont alors précipités pour l’enterrer en catimini. Mais c’était sans compter avec la vi- gilance et la perspicacité des gendarmes de la brigade de Mbacké qui ont été informés du décès de l’enfant. Ces derniers ont rappliqué dare dare au dara mortuaire, puis aux cimetières de Darou Salam où le talibé dé- cédé devait être inhumé. Lorsque les éléments de la Gendarmerie se sont présentés dansl’enceinte des cimetières, ils ont surpris ceux qui s’affairaient déjà (trois individus), autour du corps du défunt. De sources proche de l’enquête, ils avaient fini d’ef- fectuer la toilette funèbre, de lui enrôler le linceul ets’apprêtaient même à procéder à la prière fu- nèbre. Sur place, les hommes en bleu ont, en effet, avisé les sapeurs-pompiers, quisont venus récupérer le corps du jeune talibé, pour le déposer à l’hôpital Matlaboul Fawzeini de Touba, «afin d’être acheminé à Dakar pour autopsie».Après, les gendarmes ont interpelé les trois personnes trouvées sur les lieux. Selon toujours nos sources bien au fait de l’affaire, «des traces de coups sont visibles sur le corps sans vie du jeune talibé et seraient l’œuvre de son moniteur, A. Seck, âgé d’une vingtaine d’années, qui n’est personne d’autre que le fils de S. Badiane, propriétaire du dara, en question, qui est également le père du dé- funt. Le père, S. Badiane, le fils, A. Seck, auteur principal des sévices qui ont entraîné la mort du jeune talibé, et un autre, M. Thiam, ont été tous les trois interpellés et placés en garde à vue, en attendant la suite de l’enquête.