Faux médicaments en Afrique: la lutte s’organise mais la tâche reste immense

Au Bénin, 4 ans d’emprisonnement ont été décidés pour des grossistes reconnus coupable d’avoir vendu des faux médicaments. Le trafic de faux médicaments coûte la vie à près de 100 000 Africains chaque année, d’après l’Organisation mondiale de la santé.

Ce mardi matin, Mohammed Atao ne sera pas au tribunal à Cotonou puisqu’il a pris la fuite, mais neuf autres prévenus seront jugés dans cette affaire. Il s’agit notamment des responsables de grandes sociétés pharmaceutiques béninoises, de l’Agence nationale des approvisionnements en médicaments ou encore le chef d’un service du ministère de la Santé.

Ce procès, le premier d’une telle envergure, est suivi sur tout le continent car malgré les alertes à répétition, le trafic de faux médicaments continue à prendre l’ampleur. « On est dépassé, se désole le docteur Emilienne Yissibi Pola secrétaire générale de l’ordre des pharmaciens du Cameroun. Il est impossible de dissocier la falsification, le faux médicament, le mauvais circuit d’approvisionnement, l’exercice illégal de la profession de pharmacien… Mais tout cela concourt à obtenir un produit dont on ne peut pas garantir la qualité ».

D’après l’OMS, un médicament sur 10 dans le monde est une contrefaçon. En Afrique, ce chiffre monte à 7 médicaments sur 10.

Les douanes et après ?

Pourtant la lutte contre ce trafic s’est intensifiée suite à une certaine prise de conscience. Les organisations régionales comme la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ou la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont adopté des politiques communes du médicament.

Des coopérations douanières ont été mises en place dont certaines ont eu de beaux résultats. En juin dernier, par exemple, l’Organisation mondiale des douanes (OMD), en collaboration avec 18 pays africains, a intercepté près de 260 millions de médicaments illicites.

« Ces médicaments proviennent pour l’essentiel d’Inde ou de Chine, explique Sandra Waynes experte technique à l’OMD. Ils entrent en Afrique par les ports principaux comme Cotonou puis sont distribués sur tout le continent. »

Les saisies douanières peuvent être impressionnantes mais souvent inutiles car derrière, le système sanitaire ne suit pas. « Le rôle des douanes c’est d’intercepter ces médicaments illicites, poursuit Sandra Waynes. Ensuite, elles les remettent aux autorités sanitaires dont il est le devoir d’en empêcher la distribution. Normalement, ces faux médicaments doivent être détruits mais il arrive qu’ils soient rendus, au prétexte que ces pays ont besoin de médicaments. Ce que les autorités oublient c’est que ces médicaments-là sont dangereux. »

Manque de volonté politique et vide juridique

Lire la suite sur Rfi.fr

3 Commentaires

  1. POUR JUSTE 8000FCFA LA SÉANCE 77 385 38 10
    Welcom je propose des massages paradisiaques pour une halte détente délicieuse frissons intense dans un endroit discret et propre ou nous fusionneront dans l intimité délicatesse sensuel caresses l’ambiance et la discrétion 78 371 39 34
    _Massage relaxant, doux tonifiant, complet intégral = 8 000 f CFA
    _Massage sénégalaise =10000f
    _Massage AMÉRICAIN + EPILATION =15000f_
    Massage SAVONNAGE et GOMMAGE DU CORPS =20000 f
    TEL 77 665 66 52 / 77 616 13 71

  2. I beloved up to you will receive performed proper here. The cartoon is attractive, your authored subject matter stylish. nonetheless, you command get bought an nervousness over that you want be handing over the following. in poor health for sure come further in the past once more since exactly the similar just about very incessantly inside of case you protect this increase.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here