Hector Cuper, coach d'Egypte «On a beaucoup souffert dans le jeu»

Libreville, Gabon – Toujours le visage fermé, l’argentin à la tête des Pharaons est apparu impassible devant tant d’effusion d’émotions en conférence de presse d’après-match, hier. Se contentant de rappeler que le chemin fut difficile avant d’arriver à cette ultime marche vers le sacre. S’il reconnaît que ses joueurs manquaient d’influx nerveux et de fraîcheur, Hector cuper, le sélectionneur égyptien, souligne le comportement irréprochable de son équipe dans cette épreuve. «Devant une grande équipe du Burkina avec un jeu rapide et physique, on a grandement souffert dans la partie. mes joueurs sont fatigués et ils se sont difficilement remis du dernier match face au maroc. on a vu qu’il nous était difficile de bouger les lignes de l’adversaire, alors on a attendu la série des tirs aux buts tout en sachant qu’il s’y passerait des choses», admetil en conférence d’après match. a l’en croire, le Burkina a été meilleure que son équipe, mais la chance des tirs au but a souri aux siens. «ils ont été meilleurs que nous dans l’ensemble de la rencontre, mais souvent ce sont des dé- tails qui font la différence. ce soir, c’était l’expérience de notre gardien qui nous tire d’affaires», soutient l’argentin. il explique que son souhait serait «de voir l’Egypte communier avec son peuple au soir du 5 février. Pour le moment, on ne pensera qu’à la récupération en attendant de savoir demain avec qui nous allons disputer la finale». En disputant une finale de plus dimanche prochain, le chiffre 13 fait irruption dans les mé- moires. Portera-t-il chance aux pharaons ou pas ? «moi, je ne suis pas chanceux dans les finales, mais j’ai espoir que mes joueurs feront bien le travail lors de l’ultime rencontre. ce sont des combattants et de vrais lutteurs, ils n’ont rien lâché jusqu’ici», relève le technicien qui, évoquant la grande fatigue de ses hommes, il rappelle juste qu’il peut compter sur les vingt trois joueurs qui sont à sa disposition. séga DiaLLO (envoyé spécial)

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.