INSCRIPTION SUR LES LISTES ÉLECTORALES – Dagana «brandit» des documents administratifs «falsifiés»

 

Par Charles T. SENGHOR  – À Dagana, le Parti démocratique sénégalais (Pds) continue de crier à la fraude. Les responsables soutiennent que malgré la plainte déposée au niveau du procureur de Saint-Louis et les recours administratifs introduits auprès de la Cena et du ministère de l’Intérieur avec des éléments de preuves «irréfutables», le régime de Macky Sall persiste dans la «falsification» de documents administratifs aux fins d’inscrire «frauduleusement» des jeunes démunis sur le fichier électoral de la commune de Dagana. Le texte relève que nonobstant les cas de fraudes identifiés et fichés au niveau de la commission électorale de la sous-préfecture de Dakar Plateau, vendredi 11 mars 2017, de «pauvres compatriotes» ont été encore pris hier «en flagrant délits de faux et usage de faux» au niveau de la commission électorale au centre Demba Dia des Parcelles Assainies, près de la Mairie.

Toutefois, Abdoulaye Bâ Nguer et ses frères de parti préviennent au «régime marron» que toutes ces manœuvres illégales resteront «vaines». Parce que «Dagana était, est et restera une forteresse extrêmement bien gardée, le soir du 30 juillet 2017». Pour autant, ils prennent «à témoin» l’opinion nationale et internationale de toutes les conséquences qui pourront découler de ces actes «indignes et illégaux». Dans la même logique, ils révèlent que toutes les dispositions sont déjà prises par le peuple de Dagana pour empêcher «tout non Daganois de voter à Dagana». Nguer et ses frères annoncent que le Président Macky Sall et son régime subiront le même sort que le Président Abdou Diouf et son Pm Habib Thiam qui «s’y ont fracassé la tête en opérant de la même manière en 2000 suite à leur déroute de 1996». Prévenant qu’il est inadmissible de laisser ces fraudes se poursuivre, ces responsables de Dagana demandent à la justice sénégalaise de poursuivre ces fraudeurs pour «faux et usage de faux», de «démanteler» ce vaste réseau de falsification de documents administratifs, dont ils connaissent les auteurs, afin que force reste à la loi.