LA POLICE AUX TROUSSES DES CAMBRIOLEURS

La Police recherche des auteurs présumés du cambriolage de deux agences de transfert de fonds à Liberté 6 et à Castors, perpétrés ce jeudi matin, en pleine journée, a appris l’Aps Dans un communiqué de presse de son bureau des relations publiques, la Police assure qu’elle « met tout en œuvre pour rechercher et appréhender les coupables ».Elle ajoute qu’elle « ne néglige aucune information » et en appelle encore à la collaboration des populations qui « doivent participer à l’œuvre sécuritaire pour une plus grande efficience des actions qu’elle mène dans leur seul intérêt ». L’une des agences de transfert cambriolées, dénommée Établissement Mouhamed MAR (RIA), est « située sur la route secondaire longeant les deux voies de Liberté 6 ». Citant les deux employés qui ont fait leurs dépositions au commissariat de Dieuppeul, le communiqué précise que le cambriolage a eu lieu ce jeudi 16 février 2017, à 10 heures du matin. Selon la police, « c’est une bande de trois personnes, armées, à bord d’un scooter de marque Beverly, qui se sont introduites à l’intérieur de l’agence pour assommer le vigile, avant de braquer la caissière avec une arme et emporter la somme de cinq millions (5.000.000) de francs CFA qui se trouvait dans la caisse ».

« Avant de se retirer de la scène de crime, signale le communiqué, le service a été informé une nouvelle fois, à 13 heures 45 minutes, qu’une agence Wari de transfert de fonds, située à Castors […], a fait l’objet d’un cambriolage à 09 heures par une bande de trois personnes, armées, à bord d’un scooter ». Là aussi, les cambrioleurs sont au nombre de trois et ont emporté « cinq cent cinquantetrois mille francs (553.600Frs CFA), quatre téléphones, des cartes de crédit Orange, l’enregistreur de la vidéo de surveillance », aux dires de la caissière. Selon la Police nationale, « elle a donné une description identique à celle des assaillants qui ont agi à Liberté 6 suivant le même modus operandi ». « Un transport sur les lieux a été effectué avec le chef de la Sûreté urbaine du Commissariat central de Dakar qui se trouvait en ce moment précis avec ses collaborateurs à Liberté 6 en plus des éléments de la Police technique et scientifique pour procéder au constat ».

PARTAGER
Article précédentReddition de comptes politiques
Article suivantGROGNE