La présidence de l’Assemblée nationale réclamée par l’Apr : Le coup inespéré par Niasse

Depuis quelques semaines, des membres de certaines instances de l’Alliance pour la République (Apr) réclament le poste de président de l’Assemblée nationale, arguant qu’à 78 ans, Moustapha Niasse doit prendre sa retraite. Pourtant, le leader de l’Alliance des forces de progrès (Afp) a ‘’vendu’’ sa formation politique au Président Macky Sall pour ‘’élégance républicaine’’ arguant qu’il poursuivait son compagnonnage avec le successeur de Wade à la magistrature suprême. A présent, il est clair que la démarche adoptée par certains ‘’apéristes’’ est le coup inespéré par Niasse qui, selon certains propos, n’est pas prêt de prendre sa retraite.

Le poste de président de l’Assemblée nationale – si Bennoo Bokk Yaakaar remporte la majorité en 2017 – deviendra-t-il une propriété exclusive de l’Alliance pour la République (Apr) ? Tout porte à la croire si l’on se réfère aux propos tenus depuis quelques jours, voire quelques semaines par des membres appartenant à certaines instances du parti au pouvoir. En effet, des ‘’apéristes’’ clament qu’à 78 ans, Moustapha Niasse doit céder la place aux plus jeunes, surtout que leur mentor qui n’est autre que le Président Macky Sall est né après les indépendances. Pourtant, ils oublient que le leader de l’Alliance des forces de progrès (Afp) a ‘’vendu’’ son parti au Président Sall pour ‘’élégance républicaine’’.

Et pour cause, après l’avoir fait président de la douzième législature, le Président Sall lui a offert nombre de postes (ministres, directeurs généraux, présidents de Conseils d’administration…). Ce qui a poussé M. Niasse à prendre position au point de renvoyer le groupe de Malick Gackou et Cie qui soutenaient que l’Afp allait avoir un candidat à la prochaine élection présidentielle. Et, petit à petit, il aura perdu nombre de responsables localisés dans quasiment toutes les localités du pays. En clair, Niasse a vu sa base s’effriter au profit de Malick Gackou qui a mis en place sa formation politique dénommé Grand parti.

Des sacrifices que semblent oublier certains ténors du parti au pouvoir qui ont ‘’envoyé’’ leurs sauvageons attaquer frontalement l’homme qui a osé hypothéquer son parti pour des strapontins, si l’on en croit d’anciens progressistes comme Moustapha Goumbala. Dans tous les cas, il reste avéré que c’est un coup inespéré pour Moustapha Niasse qui, selon des sources concordantes n’est pas si prêt de prendre sa retraite politique. Ce qui voudrait dire qu’il pourrait à nouveau ‘’réclamer’’ le poste de président de la treizième législature, si toutefois la liste Bennoo arrive en tête.

Quoi qu’il en soit, avec un regard fixé sur 2019, le Président Macky Sall ne posera certainement pas des actes qui pourraient pousser des alliés comme l’Afp et le Ps à le regarder avec un angle de…90°.

Abdoulaye Mbow (actunet.sn)

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.