LE COJER DE CASAMANCE RECADRE L’UJTL ET L’OPPOSITION «Elles feraient mieux de se taire»

L’échec d’Abdoulaye Bathily à la présidence de la Commission de l’Ua continue de soulever des vagues de contestations et de soutiens. Après la sortie de l’Union des jeunessestravaillistes et libérales (Ujtl) estimant que cette défaite d’Abdoulaye Bathily est le «summum de l’humiliation» pour le Président Macky Sall, la réaction de la Convergence desjeunessesrépublicaines(Co- jer) ne s’est fait pas attendre. Moussa Baldé et ses camarades ont ainsi dénoncé la sortie de Toussaint Manga et de l’opposition, qui, pensent-ils, s’avancent à dire que la diplomatie sénégalaise est dispersée. Ce- pendant, concernant celle-ci, la Cojer de Casamance souligne que «l’opposition devrait se taire», car «c’est d’abord une question d’intérêt national» et l’opposition comme l’Ujtl devraient plutôt exprimer leurs encouragements à l’endroit de la diplomatie, voire même par- ticiper plus utilement à accom- pagner le gouvernement dans la poursuite et la réussite de ses engagements. Selon eux, «c’est le Sénégal qui était re- présenté à l’extérieur», a indiqué Moussa Baldé face à la presse hier. Aux yeux de ce dernier, ce qu’on reproche à note diplomatie n’a pas commencé aujourd’hui, mais bien sous le ré- gime d’Abdoulaye Wade, qui, si o s’en souvient, s’était rendu à Benghazi au prétexte de né- gocier le départ du Colonel Mouammar Kadhafi du pouvoir. C’est ce qui vaut au Sénégal, estime Moussa Baldé, «cette animosité au sein de l’Union africaine».Avant d’ajouter : «Le président libyen d’alors était un des bailleurs de ladite Union et qui a contribué à lutter aussi contre l’Apartheid». Il explique que «si l’Afrique du Sud n’a pas daigné soutenir le Sénégal, c’est parce que toutes ces nations gardent par devers elles en mé- moire ce comportement malsain et indélicat de Me Abdoulaye Wade». Ce que la Cojer de Casamance qualifie de «bombes à retardement», en raison de ce que ce dernier avait laissé comme passif et qui est en train de déteindre sur le Président de la République, Macky Sall. À cet effet, la défaite d’Abdoulaye Bathily ne saurait en aucune manière constituée un échec pour la diplomatie sé- négalaise, aux dires de Moussa Baldé et de ses camarades. Car, ajoutent-ils, l’action diploma- tique sous l’impulsion du Pré- sident de la République, Macky Sall, avait été engagée sous le sceau de la «réussite». Et c’est le fait d’avoir reporté l’élection qui avait permis à la candidature sénégalaise de passer. Cela, en accord avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui a officiellement présenté la candidature d’Abdoulaye Bathily à la tête de la Commission de l’UA et celle du Président Guinéen, Alpha Condé, pour la Conférence des chefs d’États de l’UA. C’est ce quis’est passé, le reste, a relevé du vote des uns et des autres. Ce que la Cojer de la Casamance a fait savoir en reconnaissant que la diplomatie sénégalaise s’est bien déployée et de la plus belle des manières à la faveur de cette candidature rejetée d’Abdoulaye Bathily qui était parmi les meilleurs profils pour ce poste, même si c’est le favori Tchadien qui a été élu au poste de Président de la Commission UnionAfricaine en dernière instance