Le patron de Samsung placé en détention provisoire

L’héritier du grand groupe sud-coréen avait été arrêté dans le cadre d’une enquête pour corruption et trafic d’influence qui a mené à la destitution de la présidente du pays.

Le patron de Samsung, le plus grand conglomérat de Corée du Sud, a été placé en détention provisoire vendredi dans l’enquête sur le vaste scandale de corruption qui a valu à la présidente sud-coréenne Park Geung-hye d’être destituée. Vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe, Lee Jae-yong, 48 ans, est accusé entre autres d’avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l’ombre de Park Geung-hye, en contrepartie de faveurs politiques. Ce rebondissement représente un nouveau coup porté à l’image de marque d’un groupe englué dans ce scandale de corruption et de trafic d’influence qui dure depuis des mois.

« Il est avéré qu’il est nécessaire d’arrêter [M. Lee, NDLR] à la lumière d’un nouveau chef d’accusation et de nouvelles preuves », a annoncé dans un communiqué un porte-parole du tribunal auquel les enquêteurs chargés de l’affaire avaient demandé de délivrer un mandat d’arrêt. Lee Jae-Yong avait déjà été placé dans un centre de détention en attendant la décision de la justice. Il devra y rester en attendant une inculpation et un procès éventuels, processus qui pourrait durer des mois. Samsung a réagi avec mesure tandis que diverses filiales cédaient du terrain à la Bourse de Séoul. Son navire amiral Samsung Electronics, premier fabricant mondial de smartphones, a perdu 0,4 %. Sa holding de fait, Samsung C&T, a cédé 2 % tandis que Samsung Life Insurance a reculé de 1,4 %. « Nous ferons de notre mieux pour que la vérité soit dévoilée lors du processus judiciaire ultérieur », a dit le groupe dans un communiqué.