Les Koto Boys bien accueillis à Leopold Sedar Senghor Airport

Malgré la défaite (2-0) en finale contre le pays organisateur, la Zambie, une foule joyeuse et fière a accueilli les Koto Boys hier après-midi à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor

Les vice-champions d’Afrique dans la catégorie des moins de 20 ans ont été accueillis avec ferveur, hier après-midi à l’aéroport Léopold Senghor Senghor. Attendus à 15h00, c’est à 15h45 que les Lionceaux et autres membres de la délégation sénégalaise en Zambie sont apparus dans le hall de l’aéroport. à l’accueil, il y avait le ministre des Sports. Matar Bâ, qui leur avait remis le drapeau national à leur départ pour Ndola, a tenu à être présent pour encourager les Juniors finalistes malheureux. Les parents, amis et autres proches des joueurs exultent en voyant les médaillés d’argent de la CAN U20. Le 12ème Gaindé, comme à l’accoutumée, est bien présent. Ça chante et ça danse. Certains arborent fièrement des tee-shirts aux couleurs nationales. La faute de main de Lamine Sarr et l’histoire de pratique mystique de Ibrahima Ndiaye semblent être un lointain souvenir. Personne ne veut accabler un seul joueur de Joseph Koto. Les supporters des Lionceaux veulent garder l’esprit positif et se projeter déjà sur le Mondial 2017 en Corée du Sud. Une deuxième participation au must du football de cette catégorie d’âge que les Lionceaux du Sénégal ont validée en mettant «dans la sauce» ceux du Cameroun lors de la 3ème et dernière journée de la phase de poules. Malgré la chaleur, l’ambiance est festive. Quelques touristes de type européen viennent assister à cette ambiance et traînent un peu pour tenter de comprendre cette effervescence. Les joueurs prennent des photos avec leurs supporteurs. Puis se prêtent volontiers aux questions des journalistes.

Les responsables de la fédération ayant fait partie de la délégation sont également fortement sollicités par la presse. on tente d’expliquer les raisons de ce faux-pas en finale. Mbaye Diouf Dia, responsable des petites catégories à la fédération, ne se débine pas. «Dans un stade rempli de 60 000 personnes acquises à la cause de l’adversaire, il y avait à coup sûr une énorme pression sur de jeunes joueurs. Mais c’est comme ça qu’on grandit. Je crois que c’est (Lamine Sarr) un excellent gardien. L’erreur qu’il a commise ne sera pas répétée. Nous ne sommes pas entrés une seule fois sur le terrain où devait se jouer la finale. Nous avions demandé aux gosses de se qualifier pour une deuxième fois à la Coupe du monde. C’est ce qu’ils ont fait et que n’ont pas réussi le Mali, le Nigeria et le Ghana, trois grandes nations du football des petites catégories. Dans le groupe des représentants africains au dernier Mondial, le Sénégal est le seul rescapé, et repart à la Coupe du monde. Il faut s’en féliciter, et je pense que c’est assez satisfaisant», indique-t-il.