Les populations de Malika se réclament de leur localité et non de Yeumbeul Nord

Malika Keur et Massar ont vu double et rouge le temps d’un week-end. Les populations réclament une révision du dé- cret 96-745 portant création des communes d’arrondissements et disent qu’elles ne sont pasYeumbeul nord.

L’arrondissement des Niayes a connu ce weekend un mouvement d’humeur des populations aussi bien de la commune de Malika que celle de Keur Massar. Foulards rouges, pancartes levées, bref tous les moyens étaient bons pour les populations de montrer leur indignation face à ce qu’elles qualifient d’injustice. À Malika, 7 quartiers dont Makhfouss Badji, Cité Sonatel 2ème tranche, Médinatoul Salam, entre autres,sont touchés par le décret portant création des communes d’arrondissement dans les départements de Rufisque, Dakar, Pikine et Guédiawaye. Très déterminées, les populations se considèrent comme étant de Malika et non deYeumbeul Nord. Le fils du Khalife des Layènes Serigne Magoum Keur Laye Thiaw, dira que «ce découpage satanique n’a rien apporté de bon et les populations sont les principales victimes. Car même si elles règlent leur facture d’eau, d’électricité dans cette commune créée en 1904, pour obtenir des pièces d’état civil comme l’extrait de naissance ce n’est pas de tout repos, voire même impossible à Yeumbeul Nord. Et pourtant, la deuxième plus grande école élé- mentaire de la commune, est implantée dans un des quartiers qui se trouve être dans le périmètre communal de Yeumbeul Nord. Comme pour dire que ce décret n’est pas conforme à la réalité du terrain, tout comme le transfèrement de la commission d’inscription, du centre polyvalent, supposé installé àYeumbeul Nord alors que sis au foyer des jeunes de Malika, dixitAbdoulaye Diop habitant du quartier Makhfouss Badji. ARBITRER POUR QUE LE SENTIMENT D’INJUSTICE DISPARAISSE À JAMAIS DANS CE PAYS Si les populations des 7 quartiers qui sont entre Malika Sud et Yeumbeul Nord disent leur appartenance à Malika, celles qui sont de l’autre côté, à savoir les 5 quartiers après la décharge de Mbeubeuss, disent être de Keur Massar. Pour elles, il n’est plus question que les travailleurs du secteurinformel,menuisiers, boutiquiers etc., paient des taxes à Malika. Selon Moussa Guèye, notable au quartier Darou Salam, «Malika se limite aux débouchés de la route de la décharge sur la route des Niayes comme stipulé sur le décret». Cette situation conflictuelle entre populations dans ces quartiers impactés et les municipalités des communes frontalières, vieille de 21 ans pousse l’édile de Keur Massar Moustapha Mbengue, a appelé ses pairs au respect de la loi. Car, selon le responsable Apr de Keur Massar, les nombreuses frustrations, ainsi que la tension qui prévaut dans certains quartiers, les autorités étatiques doivent ar- bitrer pour que le sentiment d’in- justice disparaisse à jamais dans ce pays qui estsur la voie du dé- veloppement.