L’Ige à la Ville de Dakar : Les charges contre Khalifa

Depuis mercredi, des agents de la mairie de Dakar défilent à la Dic. Les services concernés sont la Direction administrative et financière et la Perception. Ces auditions sont une recommandation de l’Inspection générale d’État (Ige) qui, au détour d’une mission de contrôle, a découvert des manquements dans la gestion de la Caisse d’avance de la Ville.

La mission de l’Ige porte sur la gestion de Khalifa Sall de 2009 à 2012. D’après nos informations, les enquêteurs ont souligné dans leur rapport des faux procès-verbaux de livraison destinés à maquiller des commandes de riz fictives. Les vérificateurs soutiennent aussi avoir eu du mal à disposer des justificatifs d’autres dépenses supportées par la Caisse d’avance.

Le recours à la Caisse d’avance est une pratique courante dans toutes les administrations. Il permet de prendre en charge les dépenses urgentes et non prévues. Cependant, celles-ci doivent être justifiées et régularisées une fois effectuées. Les choses ne se seraient pas passées suivant cette orthodoxie chez Khalifa Sall.

Pour ce dernier, c’est le président de la République, à qui l’Ige remet ses rapports, qui a ordonné les enquêtes contre ses services. Pour des considérations politiciennes. Ce que réfutent nos informateurs, qui précisent que le Parquet s’est saisi de l’affaire, sur recommandation de l’Ige.

(Source : Libération)