MAMADOU MOUSTAPHA NDAO, GOUVERNEUR DE DIOURBEL «L’État a mis les moyens pour com- battre le grand banditisme»

Le gouverneur de la région de Diourbel, Mamadou Moustapha Ndao, quis’exprimait hier à Diourbel sur certains délits et mal- versations qu’a connusla région, particulièrement Touba, ces derniers jours, après avoir regretté ce qui est arrivé à des familles et à des personnes qui ont subi les assauts “sauvages” de bandits armés dans leurs œuvres dans la région, a confié que pour combattre le grand banditisme, ils ont le soutien de l’État. À Touba, a-t-il rappelé, il y a maintenant une trèsforte concentration de forces de gendarmerie et de police dont l’escadron de surveillance et d’intervention de gendarmerie qui a été implanté et inauguré récemment par le Président de la République, Macky Sall. «Ce qui nous a permis d’avoir sur le territoire et environs limitrophes de la ville desinterventionsfortes et des patrouilles régulières». Dans la ville, a-t-il fait savoir, il y a une aug- mentation des effectifs de police qui ont été même renforcés par le Gmi (Groupement mobile d’intervention) qui est en permanence positionné maintenant à Touba, renseigne-t-il. Avec un dis- positif accru de surveillance et de check-point, fait noter le gouverneur de la région, Mamadou Moustapha Ndao, ils ont pu, ainsi pendant long- temps, juguler la délinquance et le grand bandi- tisme. «CE BANDIT, ILFAUT SAVOIR LE COMBATTRE» Le chef de l’exécutif régional a rassuré qu’ils vont remettre ce dispositif à jour, avec des effectifsrenforcés de gendarmes et de police qui vont mener des patrouilles mixtes. Avec ce dis- positif, pense-t-il, bientôt on entendra plus parler de ces problèmes. «Nous allons également de- mander à nos autorités de nous renforcer en moyens logistiques, autant pour la police que pour la gendarmerie, pour mieux prévenir et sévir. Il y a desrésultats, et il faut les poursuivre», a-t-il fait remarquer. Mais pour Touba, a-t-ilsou- ligné, où il y a une forte concentration démogra- phique, la petite délinquance a tendance à toujours revenir à la charge, a-t-il martelé. Pour le patron de la région, Touba est un important pôle écono- mique, le second du pays, et qui attire beaucoup de monde : le talibé, l’homme d’affaires, mais également le bandit, a-t-il soutenu, y font leurs escales et leur passage. «Ce bandit ne va pas quitter la ville parce que son activité peut être lucrative. Donc ce bandit, il faut savoir le com- battre». «L’État a mis les moyens pour com- battre le grand banditisme» MAMADOU MOUSTAPHA NDAO, GOUVERNEUR DE DIOURBEL P

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.