Plateforme passerelle emploi des jeunes : Les promoteurs face à un défi national

Face à la problématique liée à l’emploi des jeunes, il est aujourd’hui certain que l’Etat ne peut pas tout faire. Malgré le lancement de nombreux programmes, le chômage chez les jeunes reste une réalité palpable poussant d’aucuns à parler d’une ‘’maladie chronique’’ qui peine à être soignée. Conscients de cet état de fait, des Sénégalais regroupés autour de la Plateforme passerelle emploi des jeunes se sont fixés l’objectif de réduire le gap en mettant l’accent sur l’accompagnement de jeunes pour des emplois durables et participatifs.

En vérité,  la problématique de l’emploi des jeunes est un défi, en particulier au Sénégal, où 65% de la population a moins de 25 ans et environ 200 000 nouveaux demandeurs d’emplois arrivent chaque année sur le marché du travail. En effet, ce qu’ont fait savoir les promoteurs de la ‘’Plateforme passerelle emploi des jeunes’’ qui affirment que «pour lutter contre le chômage des jeunes, il est nécessaire de faire la promotion de l’auto-emploi par l’entrepreneuriat.» Autant de raisons qui ont poussé Bocar Racine Diallo et Alioune Badara Sy à mutualiser leurs ressources pour lancer un programme destiné à développer la culture entrepreneuriale au Sénégal chez les jeunes en général et plus particulièrement ceux de l’enseignement supérieur. Mais aussi, «développer la culture entrepreneuriale pour la cible jeunes en général et en particulier les jeunes diplômés ou en cours de formation au niveau de l’enseignement supérieur du Sénégal.»

Dans la même lancée, ces deux patriotes misent énormément sur la sensibilisation et l’information auprès des jeunes (porteurs de projets d’entreprise), la création de cadres d’entrepreneuriat dans les grandes écoles et les universités du Sénégal sans oublier de faire la promotion des produits financiers mis en place par l’Etat pour les jeunes promoteurs de projets. «A travers ce projet d’envergure, nous comptons accompagner  à développer l’employabilité des jeunes en les dotant des informations et des  formations qui améliorent leurs capacités techniques et managériales qui mènent à la création d’emplois décents et productifs par le biais de l’entrepreneuriat», a dit à actunet Bocar Racine Diallo. Non sans ajouter qu’ils vont également «sensibiliser la jeunesse sur l’entrepreneuriat  pour une meilleure citoyenneté au service du développement du Sénégal et instaurer un cadre permanent de concertation sur toutes les questions relatives aux financements et à l’accompagnement des bénéficiaires et des porteurs de projets.»

Dans cette dynamique, Ms. Diallo et Sy comptent organiser le Concours National du Prix de l’Entreprise et de l’entrepreneuriat, dont la 1ère édition se tiendra en Juin 2017 à la Place du Souvenir. Il faut dire que c’est un nouvel outil de promotion du dispositif impulsant la création d’entreprises. «Événement majeur premier du genre, tant par sa nature que par son envergure, le Concours sera d’abord l’occasion unique de donner une visibilité exceptionnelle à l’ensemble des moyens dédiés à l’entreprenariat au Sénégal, et d’offrir à tout créateur potentiel, porteur de projet ou dirigeant d’entreprise, le bénéfice d’une information exhaustive, d’une formation enrichissante et de conseils contribuant à la maturation de son projet», a notamment fait savoir M. Sy.

Abdoulaye Mbow (actunet.sn)