POLEMIQUE SUR L’INDEPENDANCE DE LA JUSTICE ET DEMISSION DU JUGE IBRAHIMA HAMIDOU DEME DU CSM : Dialogue de sourds

Les magistrats et l’Etat n’émettent plus sur la même longueur d’ongle. La dernière sortie du ministre de la Justice, Garde de Sceaux, Sidiki Kaba, suite à la publication de la lettre de démission du juge Ibrahima Hamidou Dème du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), révèle le malaise dans le milieu judiciaire. Attaqué par le Garde des Sceaux, Ibrahima Hamidou Dème a reçu le soutien de ses pairs regroupés au sein de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), à travers un communiqué publié dans ce sens, vendredi 10 février. Alors que l’Ums plaide le retrait du chef de l’Etat et du ministre de la Justice du Csm, l’Etat se réfugie derrière la Constitution. Interrogé sur la question, le Professeur de droit, Iba Barry Camara est d’avis que la justice ne saurait être indépendante parce qu’elle est une institution nationale. Le directeur exécutif d’Amnesty international/ Sénégal, Seydi Gassama, en appelle à la non immixtion de l’exécutif dans le fonctionnement de la justice et dans le travail du juge.