Entretien : Moustapha Diakhaté sans gants

Moustapha Diakhaté, responsable à l’Alliance pour la République (Apr) et ancien président groupe parlementaire Benno bokk yakaar, est largement revenu sur le débat autour d’une troisième candidature du Président Macky Sall. Sans gants, il clame qu’il est appelé à respecter la Constitution qui a déjà limité les mandats à deux. Face à Pape Alé sur la Sen Tv, il est également revenu sur le non-respect des statuts et règlements de leur formation politique, rappelant que le mandat de Macky Sall à la tête de cette formation a expiré depuis près de six ans. M. Diakhaté a aussi critiqué l’arrêté Ousmane Ngom tout en rappelant les principes de bonne gouvernance politique et économique.

Revenant sur la déclaration faite par le Président Macky Sall lors de sa conférence de presse tenue au palais de la République, le 31 décembre dernier, Moustapha Diakhaté n’a pas cherché une réponse très longue. En effet, il a défendu sans détours que le chef de l’Etat n’avait pas à donner cette réponse consistant à dire «ni oui, ni non» à propos d’une éventuelle troisième candidature. «En tout cas, cette déclaration pousse à se poser des questions. Mais, ce qui est sûr, certain et constant, la Constitution le pousse à répondre directement par « non ». Donc, il ne peut pas briguer une troisième candidature, car, encore une fois, la loi est claire sur le sujet».

Poursuivant ses propos, il défend : «La Constitution est au-dessus de tout le monde. En parlant des probables positions dans notre camp, il doit donc se dire que des personnes sont avec moi sans croire en ce que je fais pour faire avancer le Sénégal». Signalant qu’ils ont «beaucoup travaillé pour avoir des conquêtes démocratiques», à ses yeux, «le Président Macky Sall doit faire beaucoup d’efforts en matière de consolidation de la démocratie et des acquis démocratiques et fournissant la réponse qu’il faut et qui est dire, « oui, je vais respecter la Constitution »».

 

«Le mandat de Macky Sall à la tête de l’Apr a expiré depuis au moins 6 ans»

 

Interpellé sur la non structuration de l’Alliance pour la République (Apr), Moustapha Diakhaté se veut formel lorsqu’il affirme : «Il nous faut avoir un parti fort puisque l’Apr est la colonne vertébrale de la coalition Benno bokk yakaar. Mais, à vrai dire, les statuts tout comme le règlement intérieur ne sont pas du tout respectés. Par exemple, je peux dire que le mandat de Macky Sall à la tête de l’Apr a expiré depuis au moins six ans. C’est vous dire qu’il faut travailler à faire avancer la démocratie à toutes les échelles».

Concernant l’arrêté Ousmane Ngom, il soutient ceci : «On devait totalement l’enlever. L’expression démocratique n’a pas de limites pour que l’on dise que la commune du Plateau ne doit pas abriter des marches. Je rappelle que Macky Sall dénonçait le même arrêté dans l’opposition, alors, une fois au pouvoir, il doit être en mesure de tout simplement l’enlever». Non sans indiquer qu’«en plus, lorsque la marche est autorisée, il n’y a jamais de secousses pour ne pas dire des débordements. L’administration doit respecter les droits constitutionnels».

Parlant de la libération du Dr Babacar Diop, il trouve grave que Guy Marius Sagna soit maintenu dans les liens de la détention. «C’est du deux poids, deux mesures. Un véritable déséquilibre. La prison n’est pas la place de Guy Marius Sagna. Quand on avait convoqué Macky Sall à la Division des investigations criminelles (Dic), nous avons manifesté spontanément. Et pourtant, rien ne s’était passé. Que l’on laisse les citoyens exercer leurs droits constitutionnels».

 

Corps de contrôle, bonne gouvernance, Idrissa Seck…

 

Sur la situation des corps de contrôle, Moustapha Diakhaté dit ne pas comprendre la démarche utilisée. «Nous étions tous d’accord sur la réédition des comptes. Maintenant, il y avait une liste de vingt-cinq dignitaires et pourtant, il n’y a eu que Karim Wade qui a été condamné. Cela me fait mal quand je vois certains d’entre eux être promus au point de devenir même vice-président à l’Assemblée nationale». Mieux, persiste M. Diakhaté : «Il avait parlé de gouvernance sobre et vertueuse. C’est pourquoi il avait réactivé la Crei et avait créé l’Ofnac. Donc, rien que pour la gestion vertueuse, il ne doit pas jeter le discrédit sur l’Ofnac. On doit réformer les organes de contrôle en remettant directement les rapports au doyen des juges et non au Procureur de la République. Il y a des responsables qui ont fait des malversations et qui ne sont pas inquiétés. Donc, il faut changer de paradigmes pour éviter que les Sénégalais puissent penser que la Crei, par exemple, a été réactivée uniquement contre Karim Wade». Pour le débat autour d’une transmission du pouvoir à Idrissa Seck, Moustapha Diakhaté crie : «Même en rêve, Macky Sall ne pensera jamais transmettre un pouvoir à Idrissa Seck. On doit organiser notre parti et notre coalition pour pouvoir choisir de manière démocratique notre candidat en 2024».

Terminant sur le dialogue politique, Moustapha Diakhaté persiste et signe : «Je pense que le Président Macky Sall avait fait ce qu’il fallait en créant la Commission nationale de réforme des Institutions (Cnri). Pour moi, ce dialogue n’est pas opportun. On doit dépasser le débat sur le processus électoral pour un pays qui a fait deux alternances.»