SANCTIONS CONTRE LE MAGISTRAT DÈME – Moussa Touré se constitue pour sa défense

Halte à la dictature rampante !». Tel est le titre du communiqué publié par Moussa Touré, ci-devant fondateur du parti Citoyens pour l’éthique et la transparence. Dans son texte, M. Touré déclare qu’«après avoir radié l’inspecteur principal des Impôts et domaines Ousmane Sonko, le gouvernement de Macky Sall annonce la traduction du magistrat Ibra- hima Hamidou Dème devant le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature, pour manquement à l’obligation de réserve, par une lettre adressée au président de la République, qu’il a rendue publique». Dans cette lettre, fait remarquer Moussa Touré, «M. Dème qui fait véritablement œuvre utile, dénonce l’opacité qui pré- side aux nominations et mutations de magistrats, le non-respect des procédures en la matière, le subjectivisme qui pré- vaut dans le choix des personnes, le passage en force par des actes administratifs et des lois injustes, le tout conduisant à une justice décriée par la population, les partis politiques, les organisations de la société civile et même, le comble, par les professionnels de la justice (magistrats, avocats et autres auxiliaires de justice), une justice peu respectueuse et peu respectée parce qu’accusée d’être inféodée et aux ordres de l’Exécutif, comme l’est l’Assemblée nationale peuplée de députés qui se proclament pourtant honorables». «VERS UNE DICTATURE RAMPANTE…» Pour le chef de file du parti Citoyens pour l’éthique et la transparence, «lorsque la substance des trois pouvoirs se trouve réunie entre les mains du seul président de la République, le Sénégal glisse insidieusement vers cette dictature rampante que nous dé- nonçons». Il ajoute : «Le président de la République et son gouvernement, par ces pratiques malsaines, veulent montrer aux Sénégalais qu’ils sont dirigés par un pouvoir fort». En vérité, conclut-il, «il s’agit d’une force purement virtuelle exercée sur des Sé- négalais qu’ils croient faibles, mais ce ne sont là que des gesticulations qui sont la marque de fabrique des lâches».