Situation politique sur fond de tension en l’air : Apr, le mal Apr

L’annonce faite par le mouvement contestataire Y en a marre qui compte organiser un rassemblement ce 7 avril, a poussé quelques responsables de l’Alliance pour la République à tenir des discours de bas étage, dignes de véritables ‘’fous’’ du ‘’prince’’ qui n’ont rien à envier à Don Quichotte qui a passé toute sa vie à lutter contre des moulins à vent. Ou encore le ‘’fou’’ Nietzsche qui, dans sa lettre écrite à Jacob Burckhardt intitulée ‘’Finalement, j’aimerais bien mieux être professeur à Bâle que Dieu’’, disait : «Comme je suis condamné à distraire la prochaine éternité par des mauvaises plaisanteries…». Ce pousse à affirmer que par rapport à la situation politique actuelle sur fond de tension en l’air, le véritable mal se trouve au sein du parti au pouvoir, l’Alliance pour la République (Apr) que certains ‘’plaisantins’’ commencent à transformer en ‘’alliance pour le recul’’.

Par Abdoulaye Mbow (actunet.sn)

Sous le magistère du Président Abdoulaye Wade, les opposants étaient prompts à dénoncer certaines tares. A l’unisson, ils dénonçaient un niveau trop élevé d’arrogance, de mépris vis-à-vis du peuple, d’insolence dans la manière de gérer les affaires de l’Etat. Mieux, chacun clamaient que le droit à la marche était une clause reconnue et défendue par la Charte fondamentale. Ces dénonciations ont été bien prises en compte par les Sénégalais qui ont voté contre le pape du Sopi en lui infligeant une défaite qui entre dans les annales de l’histoire politique du Sénégal.

Mais, peut-on aujourd’hui affirmer que les choses ont changé dans le bon sens ? Cette question est actuellement posée par la majorité des Sénégalais au vu de la démarche de certains responsables de l’Alliance pour la République (Apr) qui ont fini de transformer leur parti en ‘’alliance pour le recul’’. Voulant à tout prix se faire une place sous le soleil du beau, des strapontins, prébendes et sinécures, ils voguent sans gouvernail dans un océan d’arrogance en usant de méthodes ‘’fascistes’’ dignes de despotes éclairés.

Malheureusement pour eux, croyant donner du poids au ‘’prince’’, ils contribuent à le maigrir. Ce qui est bien visible car, les Sénégalais regardent, observent, prennent, stockent, analysent, commentent avant de diffuser pour faire passer un message : Ces gens arrogants, insulteurs hier, ne peuvent pas donner des leçons de morale. En vérité, ce sont des Don Quichotte qui passent toute leur vie à lutter contre des moulins à vent, oubliant que le gros travail est la satisfaction du vrai parti : le peuple.

Ces gens-là qui participent à considérablement affaiblir un Président né après les indépendances, à travers leur forme de communication tronquée, deviennent nécessairement des adeptes de la querelle. De manière tragique, ils donnent l’image de Christophe, renforcée par la folie de Nietzsche qui, dans sa lettre écrite à Jacob Burckhardt intitulée ‘’Finalement, j’aimerais bien mieux être professeur à Bâle que Dieu’’, disait : «Comme je suis condamné à distraire la prochaine éternité par des mauvaises plaisanteries…». Ces plaisantins qui encourageaient le mouvement Y en marre lorsqu’il s’était agi d’attaquer le Président Wade, s’attaquent aujourd’hui à ces jeunes qu’ils peignaient comme les héros de la ‘’Guernica’’ d’avant 2012.

Alors, on se demande bien pourquoi une telle arrogance ? Pourquoi de tels comportements alors que tout est en place pour permettre au Président né après les indépendances de bien dérouler son programme. Moins de coupures d’électricité avec un baril de pétrole qui était de 180 dollars sous Wade à près de 30-40 dollars sous Macky Sall. Un dialogue politique qui devait être permanent, inclusif et participatif. Moins d’interdictions de marche. Maitrise de l’inflation des denrées de première nécessité…Malheureusement, c’est tout le contraire puisqu’il y a autour du ‘’prince’’ plus de faucons que sous Wade qui ne connaissent rien de l’art de la guerre (politique) comme Sun Tzu et qui sont loin d’être des avertis comme Confucius.

A vrai dire, face à la situation politique actuelle sur fond de tension en l’air, le véritable mal se trouve au sein du parti au pouvoir, l’Alliance pour la République (Apr) que certains ‘’plaisantins’’ transforment progressivement en ‘’alliance pour le recul’’.

Abdoulaye Mbow (actunet.sn)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here