Adama Fall (Apr) nie une volonté de « liquider » Sonko

Dénonçant une léthargie au sein du réseau des enseignants de l’Alliance pour la République, Adama Fall et ses camarades ont mis sur pied une structure parallèle qui se présente désormais sous le titre de Collectif des enseignants pour la réussite de Macky Sall (Cerma) qui revendique 5650 membres répartis dans toutes les communes du Sénégal. Convaincu que la rentrée scolaire et universitaire est prometteuse, il salue la décrispation du front politico-social et ne manque pas d’évoquer le cas Sonko. Entretien.

 

Le slogan Ubbi Tey Jang Tey est de nouveau à l’épreuve de la réalité. Comment appréciez-vous la situation ?

 

On pensait au début que c’était un slogan creux. Nous avons vu avec l’évolution des choses que les enseignants ont épousé ce slogan-là, et veulent en faire le leur.  C’est ça qui est important. Malgré les remous par-ci par-là, malgré les déclarations de certains, nous avons vu que les enseignants se sont appropriés ce slogan-là, ont démarré, pas de donner des apprentissages, mais de revoir les prérequis, des révisions pour préparer les apprenants en vue d’une année scolaire pleine.

 

Vous semblez optimiste, mais des voix divergentes s’élèvent pour dénoncer un démarrage poussif. Qu’est-ce qui est source de blocage ?

 

Nous ne dirions pas cela. Il ne faut pas oublier que depuis que la loi supprimant le poste de Premier ministre a été signée, le monitoring des accords entre l’État et les enseignants avait arrêté, parce qu’il n’y avait plus quelqu’un pour évaluer l’état d’avancement de leur mise en œuvre. Mais dernièrement, le président de la République a nommé le Docteur Cheikh Kanté à la tête du monitoring. Il a commencé à rencontrer les enseignants pour évaluer l’état d’avancement des accords, et nous osons espérer qu’au sortir de ces rencontres-là, on puisse ne pas avoir de grèves. Nous avons entendu un groupe de syndicats qui se regroupe autour du G20 qui disent qu’ils vont boycotter le système. Oui, ils peuvent boycotter le système, mais ils ne doivent pas oublier que nous sommes dans une situation de dialogue. Les gens doivent apprendre à s’asseoir autour d’une table. Puisque c’est le président de la République qui est décisionnaire, ils doivent lui demander de les impliquer dans les négociations. Puisque nous sommes dans une démarche inclusive, nous osons espérer que tous les syndicats peuvent s’asseoir autour d’une table pour régler la question de l’Éducation nationale. Aujourd’hui l’heure n’est pas aux grèves, l’heure n’est pas au chantage et autre ; l’heure est à la réflexion pour savoir comment faire pour élever le niveau des apprenants, pour élever le taux de réussite aux examens, pour que le niveau des enseignants s’améliore.

 

Au-delà des revendications syndicales, comment envisagez-vous l’engorgement annoncé des universités suite à la décision de réorienter les bacheliers qui étaient versés dans le privé ces dernières années ?

 

Un État doit être préventif. Le président de la République avait pris une décision d’orienter une partie des bacheliers au niveau des structures privées. C’était une mesure salutaire, mais on s’est rendu compte qu’au finish, il y a eu beaucoup de problèmes. Nous sommes dans le cadre de la multiplication des centres universitaires et des Instituts supérieurs d’enseignement professionnel, l’État est en mesure présentement de prendre en charge tous les bacheliers en les orientant dans les universités à l’intérieur du Sénégal et des Instituts supérieurs d’enseignement professionnel. C’est une mesure salutaire qui permettra à l’État d’économiser des milliards. Il faut de la volonté pour faire le monde, et l’État a cette volonté-là. La carte universitaire s’est étoffée, et cela permet aux gens d’oser espérer que cette question d’orientation des étudiants peut être réglée, même s’il y a un problème d’hébergement qui va se poser. Il faut quand même accepter que des efforts sont en train d’être faits par l’État, pour régler la question des orientations. Nous demandons aussi au ministère de l’Enseignement supérieur de prendre en charge correctement l’orientation, pour que tout étudiant qui est orienté puisse avoir de l’espace pour acquérir des connaissances et qu’on n’ait pas des amphithéâtres remplis d’étudiants qui ne peuvent pas suivre normalement les cours.

 

D’aucuns estiment que les retrouvailles entre Macky Sall et Abdoulaye Wade relèvent du deal. Qu’en pensez-vous ?

 

À mon avis cette rencontre entre les deux présidents de la République est une première dans l’histoire politique de ce pays. Il faut que nous prenions l’habitude de voir les anciens présidents de la République avec le président de la République en exercice. C’est important, parce que cela renforce notre démocratie. L’acte qui a été posé la dernière fois à Massalikul Jinaan est un acte symbolique : il y a un acquis qui est là et il faut tout faire pour le conserver. Ça redore le blason de la démocratie sénégalaise.

 

Inscrivez-vous la grâce accordée à Khalifa Sall dans cette même dynamique ?

 

Bien sûr. Nous sommes dans un pays de paix, un pays où le dialogue existe. Cela montre encore une fois que les chefs religieux peuvent dénouer les blocages auxquels nous pouvons faire face. Les chefs religieux peuvent travailler à régler les malentendus qui existent entre les hommes politiques, à faire en sorte que certaines équivoques puissent être levés. C’est ce que nous avons vu, et nous remercions le Khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké pour les actes qu’il a posés en faveur d’un apaisement de la tension sociale. Il faut aussi saluer le fait qu’en sus de l’entremise du Khalife général des mourides, le président de la République a accepté de lâcher du lest en se réconciliant avec Wade et en graciant Khalifa Sall et ses co-inculpés.

 

Quid des tentatives de liquidation supposées ou réelles d’Ousmane Sonko ?

 

Ousmane Sonko s’alarme et il est en train de se poser en victime par rapport à une situation politique. Il faut que les gens comprennent ce qu’il se passe réellement. Il dit que l’État du Sénégal est en train de tout faire pour l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle de 2024, mais il n’en est rien. C’est lui qui avait dit à la place de l’Obélisque qu’il est en mesure de tracer les fonds en question. Aujourd’hui, l’Assemblée nationale lui a donné l’occasion de dire au peuple sénégalais, preuves à l’appui, le fond de ses allégations. Ousmane Sonko est le cadet des soucis du Président Macky Sall qui est là pour prendre en charge ce pourquoi il a été réélu.

 

Il y a quand même une proposition pour que les fonctionnaires radiés ne puissent plus être présidentiables…

 

Chacun est libre de faire les propositions qu’il veut. Une loi est impersonnelle et une loi ne doit pas être orientée. Nous ne sommes pas dans une logique de liquidation. Celui qui s’est liquidé tout seul c’est celui qui avait déclaré urbi et orbi qu’il y avait eu détournement de 94 milliards Cfa. Aujourd’hui, il a l’occasion de montrer les preuves et de dire au peuple sénégalais où sont les milliards en question ?

 

On ne sait pas encore quand se tiendront les prochaines élections locales… Comment gérez-vous la situation au niveau de la Médina ?

 

En ce qui concerne la Médina c’est très simple… Nous avons une conviction adossée au fait que nous faisons des premiers militants de l’Alliance pour la République dont nous sommes membres fondateurs. Depuis lors, nous sommes en train de travailler pour la victoire du Président de la République, Macky Sall, dans la commune de la Médina. Personne n’est censé mieux connaître la Médina que nous. Aujourd’hui, nous avons porté notre choix sur une personne parce que nous pensons que cette personne-là est capable de remporter les élections locales au niveau de la Médina. Cette personne se nomme Cheikh Ahmed Tidiane Bâ (directeur de la Caisse des dépôts et consignations, Ndlr). C’est une personne qui est très proche de la population, c’est une personne qui croit à la Médina, une personne qui est très sociale. Dans le champ politique, nous avons besoin de ces personnes-là pour pouvoir régler certaines questions. Et je voudrais dire aux gens que je ne suis pas quelqu’un à qui on dicte ce qu’il doit faire et ce qu’il doit dire. Nous avons pris position et nous allons porter combat-là. Aujourd’hui, si nous voulons gagner la Médina, il faut que le président de la République, en portant Cheikh Ahmed Tidiane Bâ à la tête de notre liste, au niveau de la coalition Benno bokk yakaar. S’il ne le fait pas il ne gagnera pas. Nous savons que l’homme qu’il faut à la tête de la liste Benno bokk yakaar n’est autre que Cheikh Ahmed Tidiane Bâ, parce que depuis qu’il est au niveau de l’Alliance pour la République, depuis qu’il a commencé à s’impliquer dans les élections, notre score a triplé dans cette localité. Cela veut dire qu’il a eu à gagner la sympathie de la population et tout le mérite lui revient. Nous ne sommes pas dans du deal, nous ne sommes pas dans du calcul politique. Nous sommes dans une démarche pragmatique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here