Macky Sall « kidnappe » ses ministres pour 2 jours

Après plusieurs semaines d’absence du territoire national, le chef de l’État veut reprendre la main en remettant ses ministres au travail dans un contexte social lourd où les inquiétudes sur la capacité du gouvernement à finaliser les grands projets du Pse 2 s’entrechoquent avec les pénibilités diverses qui frappent les populations dans leur vécu quotidien comme sur les routes.

Après plusieurs semaines de vacances, la plupart hors du territoire national, les ministres du premier gouvernement formé après l’élection présidentielle du 24 février dernier vont entrer dans le vif des projets et programmes énoncés par le président de la République avant et après le scrutin présidentiel.

Après le conseil des ministres de la rentrée, le Président Macky Sall préside ce vendredi et samedi un séminaire gouvernemental dont l’objectif est de «renforcer l’activité gouvernementale», indique le communiqué du conseil des ministres de mercredi. Ce conclave de deux jours sera axé sur des «thématiques stratégiques» dont «l’accélération de la mise en œuvre de la phase II du Pse, la gestion budgétaire, la rationalisation de la dépense publique».

En «kidnappant» ses ministres durant deux jours, le président de la République viserait plusieurs objectifs.

En premier lieu, rassurer les Sénégalais sur l’omniprésence de la continuité des activités gouvernementales dans un contexte marqué par la survenue d’un nombre incalculables de drames ayant frappé beaucoup de nos compatriotes. À cet égard, bien des secteurs de l’opinion se sont émus de l’absence prolongée des membres du gouvernement quand ces situations dramatiques sont survenues. Notamment, il semble que le ministre de la Justice ait été prié d’écourter ses «vacances» lorsque deux détenus sont morts à la prison centrale de Rebeuss dans des circonstances non élucidées par une enquête indépendante.

Il se trouve également qu’une bonne partie de l’opinion, en particulier sur les réseaux sociaux, n’a pas compris que le chef de l’État lui-même n’ait pas jugé utile de revenir à Dakar au moment où se tenaient les sommets du G7 à Biarritz (France) et le Ticad (au Japon), alors qu’un chaos plus ou moins relatif s’installait dans le pays. En fin de compte, la question s’est posée : où est passé le capitaine du navire Sénégal ?

Rassurer les citoyens

Le séminaire gouvernemental qui démarre ce matin est aussi l’occasion pour le pouvoir de (re)fixer le cadre stratégique dans lequel vont s’inscrire les grands projets et programmes constituant la phase II du Plan Sénégal Émergent. À ce propos, un grand courant d’inquiétude s’est installé en rapport avec la disponibilité des moyens énormes que requièrent le lancement et l’achèvement des travaux d’envergure.

Le train express régional (Ter) est quelque peu l’emblème de cette situation difficile qui a vu ses chantiers contraints à l’arrêt pendant plusieurs semaines. Mais sur le terrain, comme à la ZAC de Mbao, le retour des ouvriers et l’activité soutenue de plusieurs dizaines de gros engins dans un grand brouhaha laissent espérer que le projet d’infrastructure s’est replacé sur de bons…rails. L’arrêt des travaux du Ter et le non-paiement de plusieurs dizaines de milliards de Cfa dus aux entreprises du Btp comme de plusieurs autres projets ont été imputés à de fortes tensions budgétaires auxquelles le gouvernement ne trouvait pas de solutions immédiates.

Entre dans ce cadre, l’annonce de mesures dites de rationalisation de la dépense publique, notamment dans la gestion des crédits téléphoniques aux fonctionnaires de l’administration, diversement appréciées. Par exemple, est-il décent d’allouer 300.000 Cfa de crédit téléphonique mobile à des hauts fonctionnaires disposant déjà d’assez de privilèges ?

Discours de cadrage sur la succession ?

Le sujet ne figure pas (bien naturellement !) dans l’énoncé des «thématiques stratégiques» figurant dans le communiqué du conseil des ministres. Mais le Président Macky Sall pourrait aborder la question de sa succession en rapport avec la course aux positionnements dénoncée cette semaine par un de ses proches, en l’occurrence Maodo Malick Mbaye.

Lors d’un point de presse cette semaine, le directeur général de l’Agence nationale de la Maison des outils (Anamo) avait accusé des pontes du régime d’avoir abandonné le terrain politique et médiatique pour se consacrer à leur campagne de mise en orbite en direction de 2024. Sa sortie a coïncidé avec le retour de voyage du chef de l’État… Préparait-il le terrain et les esprits à un discours présidentiel  de cadrage sur une question pleine d’incertitudes et dangereuse pour la survie du pouvoir ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here